Le mot du Président

mercredi 7 novembre 2018
par  Gael KANEKO
popularité : 19%

L’EDITO du SPELUNCA n°151

En ce mois de septembre, nombreux sont les changements.

Madame la ministre des Sports a lancé une réflexion sur la gouvernance du sport, suivie de près par le Comité national olympique et sportif français (CNOSF). C’est au CNOSF, représentant de toutes les fédérations nationales sportives, que la FFS a participé à des travaux pour défendre par exemple, les bénévoles dans leurs missions au sein des fédérations. Ces travaux sur la gouvernance touchent à l’organisation du sport dans ses grandes largeurs.

La FFS, avec son groupe de travail sur sa propre gouvernance, lancé en ce début d’année, suit de près les orientations du ministère et du CNOSF sur ce dossier. Ce groupe doit, entre autres, travailler sur les modèles électifs de la FFS.

Le 4 septembre 2018, madame la ministre, Laura Flessel, a démissionné. Soyez assurés que nous sommes attentifs et vigilants suite aux dernières annonces du gouvernement. Quoi qu’il en soit de l’avenir des travaux qu’elle a impulsés, la FFS continuera sa réflexion afin de soumettre aux grands électeurs des propositions d’ici l’assemblée générale 2019 qui se tiendra à La Ciotat (Bouches-du-Rhône).

Cette année, la campagne d’adhésion a commencé non pas en octobre mais en septembre. Cette évolution répond aux attentes formulées par de nombreux clubs sur le besoin de permettre des inscriptions en phase avec l’année scolaire.
Autre nouveauté, l’assurance individuelle accident, que je vous recommande de prendre, se voit maintenant dotée d’une assistance de rapatriement en France et à l’étranger. Elle était absente de nos contrats, ce qui a posé régulièrement problème, comme récemment dans les accidents survenus en France.

Cette assistance fonctionnera aussi à l’étranger incluant nos pratiques lointaines mais aussi celles de l’autre côté de nos frontières, dans les pays limitrophes de la France : Espagne, Italie, Suisse, Belgique…

Les licences et assurances dirigeants accompagnateurs prennent de l’ampleur. Plus nombreux sont ceux qui ne pratiquent plus et qui peuvent, en prenant cette licence, continuer à œuvrer dans la fédération, ses clubs, départements et régions.

Encore l’année dernière, certains clubs n’ont compté que deux licenciés ce qui ne permet pas à ces clubs, d’être assurés. Je rappelle qu’un club, c’est a minima un trésorier, un secrétaire et un président, tous les trois licenciés (quelle que soit la licence souscrite). Il ne sera plus possible d’inscrire des clubs qui n’ont pas ce minima, pour des raisons de responsabilité.

Je parlais de bénévolat ci-dessus. Nous sommes, nous, bénévoles, primordiaux pour la FFS. Des postes sont actuellement disponibles pour vous permettre de partager et d’enrichir vos compétences mais surtout, d’œuvrer pour la fédération et ses fédérés. Il n’y a actuellement plus personne à la tête de la commission communication : sans les personnes adéquates, de nombreuses demandes concernant la communication interne et externe ne pourront se faire. Alors si cela vous intéresse, n’hésitez pas à vous faire connaître et à participer à l’aventure fédérale. Une aventure qui commence par exemple pour Marie-Françoise André-Hautavoine, qui prend la suite de Vanessa Busto au poste de secrétaire générale de la FFS.

Je souhaite ici remercier Vanessa qui a toute ma reconnaissance pour ces deux années qu’elle a réussi à mener en parallèle de ses aventures personnelles et familiales.

La FFS est une aventure humaine qui se construit avec l’ensemble des bénévoles et professionnels. Tous tentent de faire au mieux, dans un objectif partagé de consolidation et de maintien de notre fédération dans un environnement toujours en mutation.

C’est dans cette mobilisation que naissent des expériences d’une vie, des amitiés aussi.

À bientôt. Amicalement.
Gaël KANEKO
Président de la Fédération française de spéléologie


Navigation

Articles de la rubrique

  • Le mot du Président