Le mot du Trésorier fédéral

mardi 9 février 2021
popularité : 37%

Editorial Spelunca 160

On s’en souviendra…

Cette année s’achève après de multiples rebondissements sur notre activité ; inutile de revenir sur les raisons, espérons seulement que ces confinements appartiennent au passé. L’activité fortement limitée a alimenté parfois les plus grandes frustrations, frustrations que nous devrons demain convertir en passion, celle qui nous anime depuis le début. Alors oui, plusieurs actions, plusieurs formations, plusieurs évènements ont été annulés ou simplement reportés, il est donc l’heure d’anticiper et de se concentrer sur la reprise.
Et demain, bonne nouvelle, la désobstruction va payer. En effet, malgré deux dernières années déficitaires, la fédération a profité d’une bonne gestion qui permet de faire face à des imprévus tels que ceux que l’on a vécus en 2020. De plus, une nouvelle équipe élue a pris ses marques et surtout les commissions fédérales se sont renouvelées ; du sang neuf, de l’énergie, de l’ambition et beaucoup de passion anime la nouvelle équipe. La mandature lancée, les sujets s’accumulent déjà et les quatre ans à venir vont devoir être approchés comme un réel marathon car il faudra se réserver pour durer. Pour cela, il faudra avoir recours à toutes les ressources, pour travailler sur le projet qui nous rassemble.
Prenons de la hauteur avant de retourner sous terre, car les transformations de demain doivent s’inscrire dans un plus grand projet. Nous devons bien sûr concentrer notre énergie sur les prochains défis, mais les changements doivent s’inscrire dans le long terme. La question n’est alors pas de savoir ce qu’il va se passer en 2021 mais bien où nous amènera la fédération dans dix ans. Les contours du projet ne sont pas tous connus. Il faut encore définir les traits ensemble, mais le dessin prendra rapidement forme car nous nous devons de prendre une part de responsabilité pour les générations futures.
Et maintenant, comment faire ? Tout simplement en faisant ce que l’on sait faire pour mieux transmettre nos passions. En effet, s’il y a une ressource qui peut difficilement être comptabilisée, c’est bien le bénévolat. Notre fédération, bien que relativement petite par son nombre d’adhérents, en est bien un des principaux refuges. Nous ne le répéterons jamais assez, mais sans ces heures passées pour les autres, rien ne pourrait se faire. Alors oui, la passion nous anime parfois dans les débats mais nous travaillons tous dans un but commun, la continuité et l’enrichissement de notre pratique et de notre milieu. Alors, s’il y a une majorité de licenciés déjà engagés dans les clubs, dans les départements, dans les régions et dans la fédération au niveau national, il ne faut pas oublier ceux qui organisent des sorties les week-ends ou la semaine pour transmettre ce savoir ou découvrir ou même simplement partager un moment d’aventure. Car c’est bien à eux, les premiers ambassadeurs de la fédération, auxquels nous devons toute notre attractivité. C’est bien eux qui seront les initiateurs d’une fédération pérenne et forte. En 2009, Jacques G. m’initiait à la spéléologie et au canyonisme, c’était ma première rencontre avec un de leurs ambassadeurs. Depuis, la passion ne m’a pas quitté et j’ai formé des personnes à mon tour. En 2012, Yves C. m’initiait au bénévolat dans la région Rhône-Alpes et me voilà maintenant à la fédération avec lui.

Et vous, qui est votre ambassadeur ? Et demain de qui serez-vous l’ambassadeur ?

Clément Baudy
Trésorier fédéral


Navigation

Articles de la rubrique

  • Le mot du Trésorier fédéral