Sécurité et prévention pour les sorties de découverte du milieu souterrain et d’initiation à la spéléologie

dimanche 12 avril 2015
par  FFS
popularité : 45%

Sécurité et prévention pour les sorties de découverte du milieu souterrain et d’initiation à la spéléologie
Recommandations de la Fédération française de spéléologie

[Texte élaboré lors des journées d’étude nationales de l’École française de spéléologie en 2000 et adopté par le Comité directeur de la Fédération française de spéléologie le 18 mars 2001.]

La spéléologie suppose une pédagogie de l’initiative et de la responsabilité, impliquant la connaissance et l’acceptation des risques inhérents au monde souterrain. La pratique de cette activité ne peut être enfermée dans une réglementation stricte qui la viderait de tout intérêt.

Organisation des sorties
La spéléologie est une activité de pleine nature. À ce titre, la Fédération française de spéléologie fait siennes les orientations suivantes :

  • Les “activités de pleine nature” se caractérisent par :
  • Le cadre naturel dans lequel elles se pratiquent, plein d’incertitude, de changements et de nécessité d’adaptation,
  • Les déplacements, la vie de groupe et les contacts avec l’environnement qu’elles occasionnent,
  • L’engagement physique qu’elles exigent.

Ces activités sont considérées comme des moyens d’éducation mis au service d’une formation globale. Il ne s’agit pas d’enseigner seulement une discipline mais aussi d’animer une activité physique de pleine nature.

L’animateur qui conduit cette activité doit :

  • Disposer d’un niveau technique lui permettant de maîtriser les situations que peut rencontrer le groupe qu’il anime,
  • Assurer l’application stricte et permanente des règles de sécurité.

Lorsque ces activités présentent un degré réel de complexité technique lié à la présence d’un risque à maîtriser, l’encadrement doit être adapté au niveau des difficultés pouvant être rencontrées et à la nature du groupe.

Sous terre, le moindre incident peut devenir accident.
La sécurité des participants et la protection du milieu souterrain doivent être les préoccupations essentielles du responsable. Les mesures et recommandations proposées vont dans le sens d’une pratique la plus libre possible dans de bonnes conditions d’éducation et de sécurité.

Sécurité
La Fédération française de spéléologie recommande l’observation des points ci-après :

  • Reconnaissance préalable de la cavité,
  • Connaissance du régime hydrologique et des conditions météorologiques du bassin ou du massif,
  • Communication de l’itinéraire et des horaires approximatifs à une personne connaissant le déclenchement d’une alerte,
  • Ajustement de la durée du séjour sous terre en fonction du type de cavité, de l’âge(*) et du nombre de participants, de leur niveau technique, de leur condition physique et de leur équipement individuel,
    (*) Aucune limite d’âge inférieure pour la pratique de l’activité n’est préconisée par la FFS,
  • Encadrement du groupe par deux adultes et limitation à huit du nombre des participants si les difficultés prévues doivent trop ralentir la progression,
  • Tenue vestimentaire et matériel de secours adaptés au type de cavité, casque avec jugulaire et éclairage efficaces indispensables,
  • Tous les éléments de l’équipement individuel et collectif doivent être en bon état, convenablement réglés et utilisés conformément à leur destination.

Protection du milieu
Une bonne connaissance du milieu naturel et particulièrement du milieu souterrain est indispensable pour animer et enseigner une pratique spéléologique soucieuse de l’environnement (pas de traces, pas de déchets abandonnés sous terre ou à l’entrée des cavités...). Afin de préserver le libre accès aux sites et par civisme, le responsable s’appliquera à occasionner le moins de gêne possible (respect, courtoisie, discrétion) auprès du propriétaire et des autres usagers.

Classement des cavités
En raison de l’extrême diversité des cavités et dans un souci de simplification, la Fédération française de spé-léologie définit une classification en cinq groupes :

  • Classe 0 : cavité aménagée pour le tourisme.
  • Classe 1 : cavité ou portion de cavité ne nécessitant pas de matériel autre qu’un casque avec éclairage.
  • Classe 2 : cavité ou portion de cavité d’initiation ou de découverte permettant une approche des différents aspects du milieu souterrain et techniques de la spéléologie. Les obstacles seront ponctuels. Leur franchissement, nécessitant éventuellement du matériel, sera adapté aux possibilités du débutant. La présence d’eau ne doit pas empêcher la progression du groupe.
  • Classe 3 : cavités ou portions de cavités permettant de se perfectionner dans la connaissance du milieu et dans les techniques de progression. Les obstacles peuvent s’enchaîner. L’ensemble des verticales ne doit pas excéder quelques dizaines de mètres, de préférence en plusieurs tronçons. La présence d’eau ne doit pas entraver la progression du groupe, ni entraîner une modification de l’équipement des verticales.
  • Classe 4 : toutes les autres cavités.

L’entraînement aux techniques spéléologiques suppose une pratique en milieux non souterrains, naturels ou artificiels.
La classification ci-dessus est évidemment transposable aux sites de surface.

Compétences souhaitées pour l’encadrement

  • Classe 0 : aucune qualification particulière.
  • Classes 1, 2, 3 et 4 : il est indispensable que l’encadrement dispose des compétences, au niveau physique et technique, en rapport avec les difficultés pouvant être rencontrées.
    Il est souhaitable qu’un membre au moins de l’encadrement soit titulaire d’un diplôme délivré par la Fédération française de spéléologie.

Notes

  • En ce qui concerne la pratique de la spéléologie en centres de vacances et de loisirs, il y a lieu de se reporter à l’Arrêté ministériel du 20 juin 2003.
  • Aux termes de l’article 43 de la Loi n° 84-610 du 16 juillet 1984 modifiée, relative à l’organisation et à la pro-motion des activités physiques et sportives, l’encadrement “ à titre professionnel ” de la spéléologie nécessite la possession d’un brevet délivré par l’État (BEES, BAPAAT).
  •